Pièce de théâtre Les 3 mousquetaires 2021

Les 3 Mousquetaires

Metteur en scène : Francisca ROSELL

Distribution : Francisca ROSELL , Noam CARTOZO, Bruno ARGENCE, Philippe COLO

Rappel de l’histoire pour tous ceux qui n’ont pas de télévision, pas de bibliothèque, et pas de cinéma près de chez eux, des Martiens quoi !

Il arrive à Paris pour signer son premier contrat de mousquetaire professionnel. Il rêve de devenir le meilleur du Royaume. Gagner un salaire mirobolant, signer des autographes, se faire tirer le portrait à chaque coin de rue. Mais ses ambitions ne plaisent guère aux vétérans du vestiaire : Porthos, Athos et Aramis. D’Artagnan doit regagner la confiance d’un groupe pour laisser parler son talent. Et c’est en équipe qu’il va devoir agir pour gagner ses plus belles batailles. Car la reine de France est en danger. Face à des adversaires malicieux, D’Artagnan a prévu une défense à quatre, une valeur sûre. Solides sur les appuis, souples dans le poignet et précis dans les attaques, nos quatre meilleurs atouts sont prêts à battre le fer tant qu’il est chaud. Et envoyer le Cardinal complètement à l’ouest.
Un pour tous, tous pour un !

Interview de Francisca Rosell

Quel est votre parcours pour en arriver à faire de la mise en scène, avez-vous commencé comédienne ?
Francisca m’explique que sa passion pour le théâtre remonte à l’enfance, qu’elle a toujours eu une imagination débordante. Petite, elle écrivait déjà des histoires et très vite, elle a suivi des cours de théâtre, de comédie ; elle a continué au lycée avec l’option théâtre. A 15 ans, elle a intégré une compagnie et elle a commencé à tenir des rôles dans des pièces et à partir en tournée, notamment à Paris. Comme elle était passionnée par le métier d’auteur, elle est entrée à L’École Nationale Supérieure des Arts et des Techniques du théâtre, où elle a pu se spécialiser dans l’écriture et la mise en scène. « A 21 ans, j’ai été reconnue par le Ministère de la Culture qui m’a versé une aide à la création –fait assez rare » A 24 ans, elle a été engagée en tant que directrice artistique et metteur en scène dans des structures de type associatif où elle est restée dix ans, puis elle a exercé le métier de comédienne. « Je compte maintenant 20 ans d’expérience de metteur en scène, mais j’ai aussi touché à la technique, aux décors. Ensuite, j’ai travaillé pour la Cartoucherie (lieu de création théâtrale) pour deux réalisateurs qui m’ont passé des commandes. »
Son amour de l’écriture l’a amené à lire beaucoup d’œuvres classiques. Elle a à son actif une quarantaine de pièces, mais elle ajoute qu’il est difficile de se faire un nom dans la profession.
affiche les 3 mousquetaires
Je vais rebondir sur les trois mousquetaires, puisqu’on est là sur une histoire très connue ; qu’est ce qui va déclencher justement votre envie de faire telle ou telle chose et de resserrer le tout ?
C’est simple, je vous ai dit que j’adorais la littérature, en tant qu’auteur, je n’ai vu que des auteurs qui ont eu envie de raconter ce que moi j’avais envie de raconter. Donc je réécris complètement, je réinvente tout.
Vous essayez d’oublier un peu ce qui a déjà été fait ?
Non, non ! J’ai un respect énorme envers les auteurs. J’utilise toute mon expérience, ma technicité du théâtre pour que ce soit drôle, vivant. Il faut que le spectateur soit heureux, c’est ce qui m’importe ; je lui donne ce que j’aime : de grands auteurs, de belles histoires, des personnages hauts en couleur. Le théâtre doit distraire le public tout en suscitant de l’émotion.
On n’a pas trop d’émotion dans les 3 Mousquetaires ; c’est très vivant, jovial, mais ça nous montre ce qu’est la solidarité, avec des personnes imparfaites. J’y vois une belle fraternité entre ces trois héros qui grâce à leur union réussissent à accomplir leur devoir selon leur doctrine : Un pour tous, tous pour un.
C’est un petit peu le parallèle entre les personnages historiques, les comédiens et les personnes qui ont travaillé sur cette pièce. Est-ce l’union qui fait la force et donne le bonheur ?
Oui, c’est cela. On a aussi de petites histoires d’amour, mais qui, là, sont tournées un peu en dérision parce que notre siècle le veut comme ça, c’est très réactualisé : le cardinal fait de la politique, Milady fait de la politique, mais nous on réactualise tout ; c’est l’histoire d’hier dite avec des mots d’aujourd’hui. Le travail c’est d’arriver à dépoussiérer pour que l’énergie soit là tout de suite. On n’est pas au cinéma, mais au théâtre : le rythme est rapide, entraînant, soutenu, c’est très drôle.
Il y a deux ans, certaines personnes du Festival venues nous voir dans Don Quichotte ont adoré, au point de faire tout le chemin pour nous voir à Avignon dans les 3 Mousquetaires !
Et enfin, comment procédez-vous avec les acteurs pour resserrer le tout en très peu de décors ou de personnages ?
Francisca me répond qu’elle tient à saluer ses comédiens qui arrivent à passer d’un lieu à l’autre – soit 30 lieux différents – d’un décor à l’autre, d’un costume à l’autre, d’un personnage à l’autre – soit 18 personnages en tout pour quatre comédiens ! C’est qu’ils sont tous excellents : Bruno ARGENCE dans le rôle du cardinal de Richelieu, Noam CARTOZO en d’Artagnan, Philippe COLO en Portos, mais… il y a aussi une surprise et c’est la clé de la pièce. Seule la partition ne bouge pas.
Interview réalisée et rédigée par Valérie Petitpez, bénévole au Festival de théâtre en Val de Luynes
Auteure, metteur en scène et comédienne Francisca Rosell

Francisca ROSELL

Auteure, metteur en scène et comédienne
Milady – La Reine – Aramis

Après des études d’Arts du Spectacle à l’Université de Nice et de Paris III, elle est remarquée pour ses écrits, obtient en 1997 (pour sa pièce La Vitrine) une aide à la création dramatique du ministère de la Culture. Jean-Pierre Dumas lui propose d’écrire La Pilule de l’Immortalité pour le théâtre de la Tempête aux rencontres de la cartoucherie 1998. La même année, sa compagnie devient une structure culturelle subventionnée et soutenue par de nombreux partenaires publics et privés.

Francisca dirige de nombreux projets de théâtre jusqu’en 2007. Puis elle travaille comme comédienne pour Luc Girerd, Guy Cambreleng, Claude Merlin, Sylvie Mandier. En 2012, elle reprend son travail d’écriture et de direction artistique. Elle présentera au Vingtième Théâtre son spectacle Don Quichotte ou presque avec Bernard Menez dans le rôle-titre. Le spectacle est un succès et tourne toujours. En 2017, elle écrit Les 3 Mousquetaires d’après le roman d’Alexandre Dumas.

Comédien Noam Cartozo

Noam CARTOZO

Comédien
D’Artagnan

Acteur et réalisateur, Noam Cartozo étudie au Cours Florent. Caméléon et fils de pub, nous avons pu le retrouver dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui lors du festival d’Avignon 2014.

Noam réalise sur le web des sketchs et caméras cachées cumulant des millions de vues ; il remporte de nombreux prix avec ses réalisations « God Save The Schweppes » et Je Suis Un Bluff. Il travaille notamment avec Vincent Cassel, Jean- François Richet, Pierre Niney, Kev Adams…

Comédien Bruni Argence

Bruno ARGENCE

Comédien
Athos, Richelieu, Duc de Buckingham

Tout d’abord, il va à Paris pour travailler à Radio Nostalgie. Là, il découvre la commedia Dell’Arte sous la direction de Stefano Scribani et intègre la Classe Libre de l’École Florent. Depuis, il multiplie les expériences artistiques. Il joue dans des pièces du répertoire classique avec la Cie Ecla Théatre ; du répertoire moderne sous la direction de Julien Sibre, Philippe Beauchamp, Christophe Glokner.

Il interprète des rôles dans les créations de Gérard Astor ou Olivier Apert. Il travaille avec les Tournées Karsenty et le Théâtre Astral. Ces dernières années, il a joué dans plusieurs pièces de café-théâtre dont « Mars et Vénus », « La Guerre des Sexes », « Un Castor dans la Ville », « Copines d’Avant ».

Comédien Philippe Colo

Philippe COLO

Comédien
Porthos, Constance

À Marseille, il crée 2 seuls en scène : « Vers les sommets de l’absurde » et « Chez nous il fait très beau ». A Paris, il suit les cours de Carole Nugue, Jean Luc Borras, Olivier Leymarie et Josette Doscentos. Yves Boisset lui propose le rôle du greffier dans l’Affaire Dreyfus. Puis il joue dans « Droit dans le mur », pièce représentée à Paris de et avec Brigitte Poret, « Tout est en Ordre » de William Cardy au théâtre Rive Gauche et en tournée.

Depuis 10 ans, il joue dans une dizaine de pièces classiques et pour le jeune public, notamment au Palais Enchanté de Reims, à l’Alambic Comédie et au théâtre Darius Milhaud de Paris. En 2015, il met en scène et interprète « Le malade imaginaire » ou « Argan et ses femmes ».