La raclette

De Léah Marciano et Thibaut Marchand

Distribution : Floriane Chappe, Victoire Charval, Arnaud Laurent, Thibaut Marchand.

Une comédie qui met la patate de Leah Marciano & Thibaut Marchand
Mise-en-bouche Leah Marciano.
La raclette, ce repas convivial et chaleureux…
Pourvu que personne ne mette les pieds dans le plat…
C’est dans une ambiance électrique qu’Elisa et David doivent annoncer à leur groupe d’amis qu’ils s’aiment..
                                              AMITIÉ, EMBROUILLES ET FROMAGE FONDU !
 
Affiche de la pièce Et elles vécurent heureuses

Les comédiens :

Floriane Chappe dans le rôle de Lisa

Victoire Charval dans le rôle de Tiffany

Arnaud Laurent dans le rôle de David

Thibaut Marchand dans le rôle de Jonathan

Les auteurs :

 

Affiche de la pièce Et elles vécurent heureuses

Léah Marciano 

Léah Marciano est tout d’abord issue du cinéma. Elle sort diplômée de L’ESRA Paris en 2009, en option mise en scène.
Elle travaillera alors sur de nombreux tournages en tant qu’assistante mise en scène ou monteuse, puis en tant  que scénariste, réalisatrice et enfin productrice. C’est d’ailleurs en intégrant une troupe de théâtre ( le spectacle musical « Maison Close » ) en tant que réalisatrice vidéo qu’elle tombe amoureuse de la scène.

Affiche de la pièce Et elles vécurent heureuses
Affiche de la pièce Et elles vécurent heureuses

Thibaut Marchand 

son interview

Nous sommes ravis de vous recevoir pour la dernière et c’est sympa puisqu’on finira également sur un repas. C’est la deuxième fois que vous venez au Festival ?
Oui, oui, on avait également clôturé le Festival avec Le Macchabée dans la baignoire. Et on avait également un repas le soir, sous les barnums.
Alors comme vous êtes le dernier à passer, je vous ai concocté avec l’aide de mon fils journaliste et de votre âge, des questions un peu marrantes sur le thème de la raclette, pour sortir un peu de l’interview biographie, faire quelque chose d’un peu plus rigolo.
Est-ce que l’amour doit être comme une bonne raclette : on adore ça mais on a des regrets une fois fini ?
Ah, oui ça dépend si la raclette est bonne.

 

Pour la remettre dans le contexte, on dira que nous, le public, on adore ça et qu’on a des regrets une fois finie ?
Ah oui, peut-être, vous allez regretter que cela se termine. Vous verrez, pendant la pièce, il va se passer plein de choses et vous allez peut-être regretter de ne pas avoir choisi la bonne fin car en fait, il y en a trois de prévues.
D’après vous, quel est le cornichon de la troupe ?
Alors je vais être très académique, je vais dire que c’est moi. Je joue Jonathan, l’amoureux d’Elisa qui est gentil et timide mais qui va essayer de lui dire pendant la soirée. Il n’est pas pour autant cornichon.
Etes-vous plutôt original ou classique pour cette raclette, dans l’écriture et dans la manière de jouer ?
Classique j’ai envie de vous dire oui, car on propose une fin en alexandrins. Ensuite dans l’écriture, on est dans le registre du Père Noël est une ordure, du Splendid, un peu de Friends et après notre humour personnel évidemment. On s’est inspirés dans nos jeux de personnages que l’on connaît dans notre entourage. Donc il y a le petit point personnel, la touche personnelle en plus.
 
Il n’y a pas de saison pour une bonne raclette, vous êtes d’accord ?
Complètement d’accord.
Comment nous inviteriez-vous pour cette raclette en plein été ? Comment nous la vendriez-vous ?
Je vous répondrais que c’est convivial, délicieusement drôle et en plus c’est gratiné, comme pièce !
Très très bonne réponse !
Votre raclette, c’est plutôt entre amis ou en amoureux ?

Entre amis !

 

Et pour annoncer cette nouvelle dans votre raclette, il faut plutôt des pommes de terre fermes ou fondantes ?
Je pense fondantes ; j’espère qu’on va vous faire fondre. Car il y a un peu d’amour, un petit peu de mignonnerie dans tout ça, donc j’espère qu’on pourra vous faire fondre !
 
Je vous remercie, j’espère que ces questions vous ont plu ?
C’est amusant, cela change des interviews biographie.
On est heureux de reprendre aussi les représentations partout et en septembre sur Paris. Et à Luynes toujours à la Fredonnière comme pour Le Macchabée . Cela va faire beaucoup de bien.

 

 

Interview réalisée et rédigée par Valérie Petitpez, bénévole au Festival de théâtre en Val de Luynes.