Pièce de théâtre Les 3 mousquetaires 2021

Amants à mi-temps

Metteur en scène : Jérôme Paquatte

Production : Katpat compagnie

Une comédie sur l’amour, la fidélité, l’amitié, le mariage, la lâcheté, le sexe et sur ce qui fait qu’hommes et femmes n’ont aucune morale dans certaines situations de concurrence!

Bref, une comédie extra-conjugale !

Quelques amants célèbres…

♥ Verlaine et Rimbaud

♥  Rodin et Camille Claudel

♥  George Sand et Alfred de Musset

Jean-Paul Sartre et Simone De Beauvoir

et tant d’autres moins connus…

Interview de Pascale Fremy

affiche les 3 mousquetaires
Que pouvez-vous nous dire sur votre compagnie (qui est à l’origine de sa création, combien de comédiens comptez-vous ?…) ?
Pascale me présente le parcours de Jérôme Paquatte, son conjoint.
Jérôme a commencé par jouer mais sans connaître la joie d’endosser des rôles qui lui plaisaient, donc il s’est mis à écrire ses propres pièces, à les jouer et ensuite à les produire.
Il créé alors la compagnie « Katpat Compagnie » en 2010.
Et pendant une dizaine d’années, il écrit beaucoup de pièces et aujourd’hui, ce qui reste après 10 ans, c’est 6 pièces qui tournent toute l’année, au catalogue.
Puis en 2018, comme il commençait vraiment à tourner, il avait beaucoup de sollicitations, je me suis mise à travailler avec lui et j’ai repris le flambeau sur la production.
Je produis donc les pièces de théâtre que Jérôme écrit et joue.
On a aujourd’hui 30 comédiens qui jouent pour nous ; on a 6 pièces qui tournent de 2 à 3 comédiens.
En 2019 (avant le Covid) on faisait environ 1000, 1200 représentations par an sur tous les spectacles, entre Paris, le festival d’Avignon, les tournées, les week-end, les vacances scolaires avec par exemple la pièce Ado, un jour, ado toujours, destinée aux familles.
On faisait même parfois deux représentations dans la journée. »
Pascale m’explique que le Covid a beaucoup changé leur économie et que maintenant, les comédiens jouent dans des salles de petit gabarit, pouvant contenir 100 à 300 personnes maximum, dans un réseau de salles de théâtres privés.
Y-a-t-il une pièce qui vous a lancés en particulier ?
C’est Amants à mi-temps !
C’est une pièce de théâtre qui marche très très bien.
Vous avez notre plus beau bijou dans votre festival !
J’ai vu Amants à mi-temps à Paris; j’ai beaucoup ri . A votre avis, qu’est-ce qui rend la pièce si comique ?
Je pense que c’est le comique de situation.
Au 1er tiers de la pièce, l’auteur a monté une sorte de stratagème qui fait que vous, public –et c’est là le secret- vous savez qu’il va y avoir une crise : vous voyez le moment où les 2 hommes vont se retrouver dans la douche, parce que vous avez compris le quiproquo.
C’est ce comique de situation, extrêmement bien ficelé qui fait que la pièce explose à ce moment-là et chaque personne dans la salle s’autorise à rire jusqu’à la fin.
Le 2ème secret, un peu moins fort, c’est l’art de mettre en scène des archétypes extrêmement opposés ; ça marche très très bien.
La 3ème chose qui fonctionne et qui fait rire, c’est qu’au théâtre, quand on écrit, contrairement aux romans, c’est action-réaction : le public rit à la réaction et donc de mettre 2 personnages complètement opposés, permet une sublime réaction.
Je pense que c’est le secret de cette pièce ; c’est le secret de beaucoup de pièces.
Mais il fallait aussi une situation.
Vous pouvez dire aussi que c’est un Feydeau des temps modernes ; c’est comme ça d’ailleurs que la pièce a souvent été qualifiée dans le Parisien, dans l’Alsace : c’est le principe des portes qui claquent, des situations comiques, des personnages qui n’auraient pas dû être là et qui sont là, qui font un style de moments qui pourraient être dramatiques mais qui sont légers et c’est d’ailleurs pour ça que ça fait rire.
On est exactement dans ce style de comédie.
Quelle est votre programmation à venir ?
La programmation est toujours au théâtre Edgar, 6 jours sur 7, du mardi au dimanche et en tournée. C’est une pièce qui tourne depuis 5, 6 ans.
On a une programmation importante.
A ce jour, Amants à mi-temps se joue tout l’été au théâtre Edgar jusqu’en septembre.
Un autre nouveau bijou ?
Pour compléter Amants à mi-temps, Jérôme Paquatte a écrit la suite de la pièce qui s’appelle Maîtresse à plein temps.
Le pitch de la pièce: les deux amants se sont fait toper par leur femme et ils viennent donc vivre tous les 2 chez Patricia et là avoir ses 2 amants 24h sur 24, ça ne marche plus !
Ce n’est pas commun d’écrire la suite d’une pièce !
Pascale m’explique qu’au vu du succès d’Amants à mi-temps, ils ont reçu beaucoup de demandes  pour une suite.
« La pièce a été écrite de façon à ce que les spectateurs puissent voir Maîtresse à plein temps sans avoir vu Amants à mi-temps, mais on voulait qu’elle soit aussi efficace.
Elle est jouée également au théâtre Edgar tout l’été. »
J’ai pu échanger avec l’un des comédiens (très bon), il m’a précisé qu’il n’était pas dans la programmation de notre festival.
Vous allez avoir encore mieux, car vous aurez l’auteur qui joue son rôle.
Vous aurez la version originale !
Selon vous, comment les comédiens appréhendent-ils de jouer en extérieur, comparé aux petits théâtres parisiens ?
Jérôme travaille beaucoup pour que les comédiens jouent bien ; leur organe le plus puissant c’est la voix.
Jérôme a joué la pièce plus de 300 fois, il la connait par cœur, mais avant chaque représentation,  il refait comme un test de voix parce que c’est un organe qui se mesure et il veut que le dernier rang l’entende.
Chaque salle est différente, le son est différent, l’acoustique est différente et son exercice (il arrive toujours 2 heures avant) c’est de donner le volume de sa voix pour qu’elle marche dans la salle donnée.
Alors, à l’extérieur, ce sera exactement pareil.
C’est leur professionnalisme qui fait que la voix doit porter, mais c’est plus difficile car les voix se perdent dans les nuages ; il doit couvrir ce petit brouhaha dû à la nature.
Jouer en extérieur, c’est un beau challenge.
 
Interview réalisée et rédigée par Catherine Ignaczak, bénévole au Festival de théâtre en Val de Luynes.